Categories
Académie Regards sur l'actualité

Université : censurer au nom de la liberté d’expression

Se faire censeur, mais pour la liberté. Analyse des polémiques récurrentes concernant l’université en général et la « gauche académique » en particulier, qui auraient abandonné tout esprit de liberté d’expression pour sombrer dans la censure à outrance. Il semble bien que ce soit le contraire qui ait lieu, et que sous le déguisement hypocrite d’une campagne contre la censure, celle-ci soit en train de se mettre en place.

Citer cet article: Anonyme, "Université : censurer au nom de la liberté d’expression", Carnet de recherche Racismes, 04/11/2020, https://racismes.hypotheses.org/209.

Le 27 octobre 2019, dans les colonnes de l’hebdomadaire Marianne, qu’elle dirige, la journaliste Natacha Polony s’émouvait de l’émergence d’un « nouveau fascisme universitaire »1 prêt à exercer sa censure sur toute pensée divergente. Selon elle, un « climat de terreur » ravagerait ces « temples dédiés aux savoirs » qu’avaient été les universités avant que le « fascisme » en question ne s’abatte sur l’enseignement supérieur et la recherche en France, et enfermerait tout un chacun dans un silence complice, trop effrayé d’être la prochaine victime de la machine à dénoncer les réactionnaires.

Cette vision du monde universitaire est développée alors que plusieurs manifestations ont lieu à Bordeaux en réaction à l’intervention programmée de la philosophe Sylviane Agacinski sur le thème de la gestation pour autrui (« GPA ») et de la procréation médicalement assistée pour les couples de femmes (ou « PMA pour toutes »). La philosophe avait en effet fait connaître, dans de nombreuses interventions publiques, y compris en tant qu’experte et devant le Parlement, son opposition à de telles mesures. Ayant renoncé à l’événement après qu’une modification de sa formule lui ait été proposée (la conférence-tout-court passant au format d’une conférence-débat), Mme Agacinski incarnait donc le nouveau visage des victimes de ce « fascisme ». Et Natacha Polony de s’insurger : « Il serait plus que temps de refuser à ces inquisiteurs et à leur affidés le droit de définir au nom des citoyens le progrès et le bien commun ». On notera qu’elle ne dit pas davantage comment il s’agirait de le leur refuser ni dans quelle mesure une telle action ne constituerait pas en elle-même un acte de censure. Ainsi qu’on le verra plus loin, c’est probablement parce que c’en serait un.

Ce que Polony remarque toutefois dans son éditorial, c’est que « ceux qui se sont élevés contre la terreur intellectuelle imposée par les activistes de Bordeaux sont avant tout des gens de droite, opposés à l’extension de la PMA aux couples homosexuels ». Loin d’y voir une position partisane – il est après tout pratique, lorsque l’on s’oppose à une mesure, de parvenir à expliquer que l’on fait partie d’une minorité opprimée–, l’autrice l’analysait comme le signe de l’abandon de la liberté d’expression par la gauche, notamment académique, et de sa défense comme valeur supérieure par la droite. Ce faisant, elle s’inscrivait dans une polémique récurrente concernant l’université en général et la « gauche académique » (quoi que cela soit) en particulier : les deux auraient abandonné tout esprit de liberté d’expression pour sombrer dans la censure à outrance. Il semble bien que ce soit le contraire qui ait lieu, et que sous le déguisement hypocrite d’une campagne contre la censure, celle-ci soit en train de se mettre en place.

Panique en France

Une polémique récurrente

L’été et l’automne 2019 ont été particulièrement fertiles en sources d’indignation pour celles et ceux qui craignent des atteintes à la liberté d’expression dans l’enseignement supérieur. En mars, des associations antiracistes étaient accusées de censure pour avoir protesté contre ce qu’elles estimaient être l’usage de blackface (forme de grimage associée à une caricature raciste à l’endroit des personnes noires) dans une représentation théâtrale à la Sorbonne. La pièce ayant été bloquée par des manifestants, elle avait dû être reprogrammée ailleurs et plus tard, conduisant à de nombreux émois (par exemple au Monde, à Marianne, Libération, au Figaro, à Causeur, France Soir, au Point…). En juillet, une vidéo revenant sur les manifestations anti-violences policières et antiracistes ayant eu lieu en mai et juin 2017 sur le campus de l’Université d’Evergreen aux États-Unis obtenait une diffusion large et de très rapides reprises dans de multiples journaux. Ces manifestations faisant suite à une énième garde à vue jugée excessive par les étudiants, la mobilisation était présentée comme un épisode de folie collective menaçant quiconque mettrait le doigt dans la dynamique mortifère de l’antiracisme.

En septembre 2019, un étudiant tirait ainsi la sonnette d’alarme sur Twitter, vite repris dans les pages de multiples journaux (Le Progrès, Le Figaro, Atlantico, Causeur, Valeurs Actuelles, Marianne…) sur le danger des « dérives décoloniales » à l’université Lyon 2 qui, d’après son témoignage, feraient peser le risque d’une censure idéologique sur les étudiants de droite. En octobre, l’annonce de la suspension d’un séminaire de formation aux questions de radicalisation par le journaliste Mohamed Sifaoui – le contenu du séminaire et la compétence de l’intervenant ayant été remis en cause par l’équipe pédagogique – conduisait à un nouvel émoi sur la question de la censure en ligne dans Le Figaro, L’Express, Le Monde, Libération, Valeurs Actuelles…, mais aussi sur diverses télévisions et radios publiques. La liste des scandales médiatiques continue, y compris dans des cas relativement étonnants, comme en début d’année 2019, quand Le Figaro (entre autres) s’inquiétait de « l’évincement » d’un professeur de son laboratoire pour avoir alerté son établissement des dangers du « décolonialisme » – avant qu’il ne s’avère que ce dernier avait en fait bénéficié d’un déplacement à sa demande (le chercheur ayant suite à un recours administratif été réintégré dans son équipe d’origine).

Ce florilège est loin d’être complet. Il devrait remonter plusieurs années en arrière, et inclure les nombreuses publications du marché porteur que constitue le véritable genre de « l’enquête sur les dérives universitaires ». La polémique ne vient en effet pas de nulle part. On se souvient des critiques nombreuses portées par la droite dure aux sciences sociales, comme par exemple la remise du « Prix Lyssenko », prix ironique remis par un think tank de droite radicale, le Club de l’Horloge, félicitant les soi-disant « dérives gauchistes » dans la science et dont ont « bénéficié » plusieurs grands noms de ces disciplines, notamment pour des travaux sur l’inexistence des races humaines. Le prétexte du « décolonialisme » devient pendant les années 2010 un nouveau cheval de bataille, unissant plus largement de la droite extrême à la gauche, y compris à l’université. La revue Mouvements revenait ainsi sur une succession d’attaques à l’encontre de chercheur·euse·s comme Abdellali Hajjat ou Pap Ndiaye en 2016-2017.

La formation du groupuscule « Printemps Républicain » conduit rapidement ce groupe à obtenir quelques succès à travers l’interdiction d’un colloque portant sur l’islamophobie en 2017. Cette dynamique s’accélère par la suite avec un investissement de la presse généraliste sur ces sujets. Le Point devient ainsi en 2019 la publication de référence pour qui veut connaître les dernières avancées en la matière (en concurrence peut-être avec le blog d’idées du Figaro, le Figaro Vox), sortant ainsi en 2019/2020 une flopée d’articles, aussi bien sous la forme de tribunes appelant l’État à mettre fin à une « stratégie hégémonique » visant l’établissement de la censure à l’université, que sous celle d’une véritable enquête infiltrée de 11 articles décrivant la mécanique « de l’intérieur » (sans prendre nécessairement la peine de donner la parole aux accusé·e·s).

S’y ajoutent évidemment de nombreux essais, originaux (L’Art du Politiquement Correct d’Isabelle Barbéris, Génération Offensée de Caroline Fourest et La Gauche contre les Lumières de Stéphanie Roza sont peut-être les plus visibles) ou traduits (La Gauche Identitaire de Mark Lilla et White de Bret Easton Ellis ont ainsi fait grand bruit). Un tel battage n’a pas manqué d’alerter en haut lieu, membres du gouvernement et politiques en général s’émouvant des dangers d’une telle censure académique, portant sur les institutions universitaires et sur la thématique de la censure une attention que n’avaient pas réussi à obtenir syndicats étudiants et enseignants depuis bien des années sur celle du manque de moyens et de la surcharge de travail.

Kafka va à la fac

Chacune de ces polémiques a été discutée, débattue, argumentée et contre-argumentée à n’en plus finir. Cas exemplaire de ce qui allait devenir un modèle de polémique sur le sujet: l’« affaire Kamel Daoud », où la thèse de l’auteur selon laquelle le « monde musulman » souffrait d’un rapport pathologique à la sexualité avait été critiquée par un collectif d’auteur.ice.s spécialistes du sujet. Elle a été justement analysée par plusieurs de ses parties prenantes comme une polémique contre la censure à l’université conduisant de la part de grands médias à exiger le silence d’universitaires. Un sentiment kafkaïen ne peut pas manquer de s’emparer de celui ou celle qui voit les mêmes personnes qui sont privées d’accès au débat public être accusées de censure, et donc à ce titre privées de droit de réponse, amenant des spécialistes ayant consacré leur vie professionnelle à tel et tel sujet à être rejetés par la vindicte médiatique au rang de grossiers obscurantistes.

Un tel sentiment d’angoisse existentielle ne peut pas non plus manquer de toucher les précaires de l’université en particulier, qui voient régulièrement passer affaires de harcèlement, d’exclusions pour des motifs racistes et sexistes les plus variés, de censure pure et franche d’événements scientifiques sur diverses thématiques (parfois, ainsi qu’on le verra, sous la pression de ceux et celles-là même qui se présentent comme de grand·e·s défenseur·e·s de la liberté d’expression), sans parler des travaux tout bonnement découragés par pression sociale, par refus de financements ou parce que le sujet dérange dans un contexte français (la chercheuse Maboula Soumahoro explique ainsi dans son ouvrage récent Le Triangle et l’Hexagone comment la rédaction d’un simple mémoire sur le racisme avait provoqué l’angoisse de ses collègues, la question n’existant « évidemment » pas en France).

Nul doute que les victimes de ces affaires de censure, et de plus en plus d’autocensure (devenant acquise la norme selon laquelle il y a des sujets dont « il ne vaut mieux pas en parler » si l’on veut avoir une carrière et éviter d’être dénoncé au Point ou au Figaro), aimeraient que l’on évoque de temps en temps leur cas, au risque de mettre en danger leur vie professionnelle ou personnelle2. Mais il n’y a pas beaucoup d’universitaires et d’étudiant·e·s précaires dans les carnets d’adresses du Figaro et de telles affaires ne contredisent de toute façon pas le bilan à charge contre la « gauche académique » dressé par ces publications : une censure n’efface pas l’autre, répondra-t-on. L’exercice de décorticage ou de contre-exemples s’apparente généralement au fait d’essayer d’enseigner l’arithmétique à un mur de briques, d’autant que la dynamique même de la polémique à outrance conduit bien souvent à ce que, lorsque l’on parvient à décortiquer l’une d’entre elles, l’oreille publique et médiatique est déjà tournée vers la suivante.

Quand bien même elles sont documentées, ces réelles censures n’en attirent pas davantage l’intérêt : en 2008, le colloque sur « Le droit d’enquêter » revenait en partie sur les formes de contrôle et d’emprise pesant sur les scientifiques. Dix ans plus tard, un autre colloque faisait un retour sur ces expériences, en parlant de « Terrains et chercheurs sous surveillance ». La question du contrôle administratif et politique s’étendant sur la recherche y était abordée, le sociologue Sylvain Laurens décrivant entre autres la mise en « état d’urgence » des libertés académiques. L’affaire n’attira pas les foules. Pourtant, le fait est que dans un contexte de précarisation des métiers à l’université, d’une part, et de détournement du débat académique, d’une autre, procédé par lequel la controverse scientifique ne se règle pas par enquête mais par tribunes et articles interposés, et auquel les autoproclamé·e·s « républicain·e·s » excellent, il y a bien lieu de s’inquiéter pour la liberté d’expression à l’université. Ces inquiétudes n’obtiennent pour autant quasiment jamais l’attention de médias, même spécialisés, surtout quand on les compare au traitement médiatique dont bénéficie un épisode comme celui ayant touché Mme Agacinski en 2019.

Ce qu’a subi récemment la militante féministe lesbienne et enseignante Alice Coffin est emblématique du processus : par le biais d’une campagne de dénigrement par voie de presse et via certains réseaux sociaux, elle s’est trouvée empêtrée dans une polémique violente pour avoir défendu des positions politiques, qu’il était d’autant plus aisé de détourner que peu de possibilités de réponses lui ont été proposées. Le résultat, professionnel, de cette mauvaise presse : un renvoi sec de sa position d’enseignante vacataire à l’établissement universitaire où elle travaillait depuis de nombreuses années, sans qu’à aucun moment la qualité de son travail n’ait été mise en cause. Pire, dans un instant particulièrement vicieux, celle-là même qui était victime d’un licenciement pour cause de dérangement était sommée par la journaliste Sonia Mabrouk de se justifier de n’avoir pas assez soutenu Mme Agacinski (qui rappelons-le n’a perdu ni poste, ni plateforme dans l’histoire, mais a seulement refusé un débat contradictoire) et donc sommée de se taire. Réjouissances bruyantes au sein de la droite médiatique et en ligne : telle était prise qui croyait prendre (Alice Coffin étant accusée d’avoir recouru à la « cancel culture » en critiquant le choix de la mairie de Paris d’apporter un soutien financier à Gabriel Matzneff, comme si la pédocriminalité n’était qu’une opinion un peu provocatrice).

Le statut de vacataire aide à ce type de sanctions pour délit de mauvaise presse : n’étant ni protecteur ni stable, les personnes qui y sont soumises peuvent à tout instant ou presque être démises de leurs fonctions. Pour les précaires de l’université, les doctorant·e·s, les sans-postes et autres, il n’est que trop clair que déplaire à une personne de pouvoir peut avoir un coût élevé, en matière d’accès à des postes très compétitifs comme de conséquences professionnelles immédiates. On ne peut qu’imaginer l’ampleur du phénomène dont Alice Coffin est le nom : bien souvent (et c’est le cas des personnes consultées dans le cadre de cet article), les victimes ne veulent tout bonnement pas que l’on publicise leurs cas, de peur de sanctions supplémentaires. En bref, la censure à l’université inquiète, pourvu qu’elle vienne de la gauche ou des gens qui peuvent lui être associés. Pour comprendre cet apparent paradoxe, un détour par les États-Unis s’impose.

Le précédent états-unien

Censurer au nom du free speech

Cet état de fait ne surprendra pas les personnes ayant connaissance de la situation états-unienne : dans une série de papiers parus en 2018 et 2019, le politologue canadien Jeffrey A. Sachs revenait sur la réalité des menaces pesant effectivement sur la liberté d’expression sur les campus en Amérique du Nord. Une première découverte faite par l’auteur est le caractère largement fictif de l’idée selon laquelle les étudiant·e·s de droite seraient « puni·e·s » pour leurs idées par leurs enseignant·e·s de gauche. Au contraire, pour reprendre l’expression de l’auteur, « plus votre discipline est “woke”3, plus la notation est juste », même si une forme de pression idéologique peut être ressentie, tant du fait de la surreprésentation d’idées de gauche que comme une forme de prophétie auto-réalisatrice des personnes de droite (qui, à force de s’entendre répéter qu’être d’obédience conservatrice les conduira à subir de la répression, décident de s’autocensurer).

En compilant, au-delà des articles sensationnalistes, tous les cas enregistrés de renvois causés par les propos politiques d’enseignants du supérieur, l’auteur constate deux points. Primo, sur la période 2015-2017, le phénomène concerne 45 cas (sur un peu plus d’un million de personnes occupant à temps plein ou complet des missions d’enseignement dans le supérieur sur la période). Soit 45 cas de trop, il est certain, mais bien moins que la prétendue vague de censure ravageant soi-disant le pays. Secundo, dans la majorité des cas, c’est pour avoir offensé la droite par des « propos anti-blancs ou anti-chrétiens » ou avoir tenu des propos identifiés « politiquement de gauche » que ces personnes ont été licenciées.

Renvoi causé par des discours politiques, par orientation politique, 2015-2017.

Ainsi que l’explique le politiste Simon Ridley, la droite dure états-unienne a en effet parfaitement appris à jouer la partition de la liberté d’expression pour pousser un agenda pro-censure à l’université. Voici la façon dont se déroulent, selon ses observations, la suite d’un événement organisé par l’extrême-droite sur le campus de Berkeley en 2017 :

« Craignant des violences, l’université impose un lieu et des frais de sécurité. Les organisateurs, après avoir annulé l’événement, intentent un procès à l’institution, estimant que leur droit à la liberté d’expression a été bafoué. Quelques jours plus tard, une nouvelle manifestation est appelée dans le parc pour “défendre la liberté d’expression”. Cette fois-ci, les “patriotes” ne rencontrent qu’une faible opposition ; ils se lancent dans une chasse aux communistes, attaquant notamment la librairie Revolution Books, tenue par des activistes du RCP (Revolutionary Communist Party), et tirent un coup de feu dans la vitrine d’un magasin qui expose une pancarte #BlackLivesMatter. (…) Finalement, la boucle est bouclée lorsque ces organisations, qui disent défendre la liberté d’expression, harcèlent des enseignant·e·s jugé·e·s trop à gauche en affichant leurs photos à l’entrée du campus et en publiant sur Internet des listes noires sur lesquelles on peut trouver, par exemple, le nom d’une ancienne leadeuse du Free Speech Movement (FSM) des années 1960. »

Sous l’effet de discours victimaires d’une droite se présentant comme constamment victime de censure, l’université se retrouve donc en proie à des manifestations dans lesquelles il est normal d’attaquer des librairies et de tirer des coups de feu sur des magasins au nom de la défense de la liberté d’expression. A ce titre, il faut reconnaître une différence qualitative à la fois en termes d’intention que de moyens entre les affaires dans lesquelles une mobilisation « de droite » conduit à un licenciement ou à une restriction de la liberté d’expression, par rapport aux cas dans lesquels c’est une mobilisation « de gauche » qui conduit à ces résultats.

Sur ce point, Sachs reconnaît que la droite est infiniment plus au point que la gauche, même dans un monde où il y aurait à gauche le genre de campagne dédiée à la mise au pas de la liberté d’expression que l’on observe à droite. Là où manifestations et campagnes sur les réseaux sociaux organisées depuis la gauche concernent généralement des collectifs locaux d’étudiant·e·s en réaction à des événements sur lesquels ils et elles n’ont pas de contrôle, la droite dispose de véritables bulldozers institutionnels, financés à millions et s’étant fixé un objectif très clair : mobiliser le prétexte de la défense de la liberté d’expression pour regagner toute la capacité de censure perdue avec la fin du Maccarthysme.

Une machine à scandales

Une affaire récente illustre parfaitement le caractère industriel de ces attaques : lors du débat vice-présidentiel ayant opposé Kamala Harris à Mike Pence en octobre 2020, durant lequel le candidat républicain s’est illustré en coupant systématiquement la parole à son opposante, Lora D. Burnett, une historienne des idées, a publié le tweet suivant sur son compte Twitter personnel :

« Il faut que la modératrice coupe la parole à Mike Pence jusqu’à ce qu’il se décide à fermer sa petite bouche de démon ».

Quoique l’on pense de l’envie de Mme Burnett de voir Mike Pence interrompu, il faut lui reconnaître son droit, jusqu’à preuve du contraire, à exprimer comme bon lui semble ses idées politiques dans le respect de la loi. Tel n’a cependant pas été le cas. Mme Burnett était alors consciente d’être dans le viseur de l’organisation conservatrice Campus Reform pour un éditorial critiquant vertement la gestion de crise de la pandémie de Covid-19 par Donald Trump. En effet, un employé de cette organisation4 l’avait alors contactée pour commentaire, indiquant que Campus Reform préparait une déclaration à son sujet.

« Je n’étais pas sûr que le doyen de mon université avait entendu parler de Campus Reform, donc je lui ai expliqué leur place dans l’écosystème des organisations d’astroturfing5 de l’outrage de droite, qui paient des petites sommes d’argent opaque à des informateurs étudiants contre des infos sur leurs profs de gauche » explique Mme Burnett (par ailleurs spécialiste de ces organisations) dans un récent article à Chronicle.

« Je lui ai dit que j’étais probablement sur le radar de Campus Reform. (…) “Voilà ce qu’il va se passer”, lui [a-t-elle] dit. “Je vais recevoir à peu près 100 emails injurieux sur ma boîte mail professionnelle ; il y aura des dénonciations sur les réseaux sociaux disant que Collin College devrait me virer ; peut-être que [le président de la fac] ou d’autres responsables recevront de tels emails. Et après une ou deux semaines, la tempête passera et ils cibleront un·e nouveau/elle prof de gauche” ».

C’est exactement ce qu’il s’est passé et, malgré ses avertissements, l’intimidation de l’organisation d’extrême-droite a fonctionné et conduit son employeur à désavouer le droit de cette employée à s’exprimer librement sur les élections. Si son contrat n’avait pas été plus protecteur, elle aurait peut-être fini à la recherche d’un nouvel emploi.

La liste des organisations similaires à Campus Reform, compilée par l’organisation Media Matters, est parlante. Rien qu’à l’échelle nationale des États-Unis, on compte une quinzaine d’organisations de taille similaire ou supérieure à celle-ci, sous des noms aussi obscurément accrocheurs que Students for Liberty, Students for Life, la Young America’s Foundation, le Mercatus Center and Institute for Humane Studies ou Turning Point USA. Ces organisations sont généralement rattachées à des organismes plus larges s’occupant de mener des campagnes de lobbying auprès des institutions, de former des experts chargés de produire des contenus « scientifiques » convenant aux intérêts qu’elles représentent (par exemple en niant le changement climatique), etc.

Viennent s’y ajouter tout un ensemble d’institutions qui ont bien compris l’intérêt social de la dénonciation de la « gauche folle des campus », qu’il s’agisse de médias comme Fox News, qui dispose d’une séquence dédiée depuis plusieurs années, ou de personnalités publiques. C’est le cas du psychologue canadien Jordan B. Peterson, dont les vidéos Youtube « Le professeur contre le politiquement correct » ont fait à partir de 2016 la célébrité et le succès de librairie, après une carrière académique relativement anonyme. Ou celui du commentateur politique Ben Shapiro qui s’est fait connaître en publiant ses échanges avec des étudiant·e·s lors de conférences-débat dans lesquelles, sûr d’avoir le dernier mot, l’ancien avocat pouvait se permettre de remporter facilement les débats. Ou encore la page Twitter « RealPeerReview », qui a réussi à atteindre presque 60 000 abonnements sur Twitter en publiant des extraits d’articles scientifiques jugés « ridicules », sans contexte, pour dénoncer la « folie des universitaires ». S’y ajoute bien entendu une grande quantité d’États-Uniens ordinaires, généralement extérieurs aux campus mais pour qui le sujet est devenu central du fait du martèlement constant qu’opère cette machine à scandale permanent.

Car il s’agit, pour l’analyste travaillant à CNN Asha Rangappa, d’une véritable machine à produire des scandales médiatiques sans interruption : « Quelques heures à peine après que Campus Reform sort une “histoire”, celle-ci se retrouve sur Fox News et des journaux commencent à contacter [la cible] pour lui demander ses “commentaires”. (…) Au même moment, les administratifs commencent à recevoir un déluge de messages, leur imposant les assomptions suivantes : 1. votre employée vient de dire quelque chose de FOU ; 2. vous DEVEZ AGIR. Notez que pendant ce temps des trolls privés commencent à envoyer des emails et passer des appels de harcèlement (souvent grossiers, misogynes, racistes) à la cible et à son institution. Tout cela a pour effet de désorienter la cible, de la faire paniquer et de lui donner l’impression qu’il faut IMMÉDIATEMENT RÉGLER LA SITUATION ». Pour les universités, « régler la situation », c’est souvent se débarrasser de la personne par qui le malheur est arrivé ou, du moins, la sanctionner de façon assez publique pour, on l’espère, calmer la foule. Ce qui n’arrive bien entendu jamais, la foule n’étant pas réellement outragée.

Outre leurs campagnes de scandalisation, les organisations en question ont également, entre autres, mené des campagnes de lobbying visant à interdire d’enseigner certains sujets à l’université, voire à abolir la notion même d’université publique, publié de nombreuses listes d’enseignant·e·s identifié·e·s comme « indésirables » idéologiquement, demandé (et obtenu) qu’un terme soit mis à la carrière de telle ou telle cible expiatoire et convaincu des parlements locaux et nationaux de mettre des universités entières et leurs programmes sous tutelle.

Il est essentiel de bien comprendre que tout ce phénomène prend place au nom de la liberté d’expression. Ce n’est pas par hasard si tant de ces organisations évoquent, soit dans leur nom, soit dans leurs programmes, la notion de liberté d’expression ou de liberté académique. Comme l’explique le politologue Jason Stanley, le modèle de ces groupes, le David Horowitz Freedom Center et sa branche étudiante, Students for Academic Freedom, a dès les années 1990 appris à perfectionner cette formule consistant à ne plus s’en prendre directement aux universités comme des « nids à rouges » à écraser mais, au contraire, à présenter le contenu même des idées critiques qui s’y enseignent comme une forme de censure devant être arrêtée au nom de la liberté d’expression. Ce n’est plus qu’indirectement que les politiques qui en découlent ont pour effet de développer un climat de censure sur les campus, les responsables politiques étant, suite à une multiplicité de scandales montés de toute pièce par ces organisations, appelé à agir (avec d’autant plus d’enthousiasme, dans le contexte états-unien, que les personnes finançant les campagnes électorales des politiques en question sont les mêmes que celles qui financent les organisations les appelant à agir).

C’est ainsi que, « en janvier 2017, le député de l’État du Missouri Rick Brattin proposait un amendement à la chambre d’État qui abolirait la titularisation dans toutes les universités publiques du Missouri »6. Une telle mesure conduirait évidemment les universitaires à devoir s’auto-censurer, leurs propos pouvant plus aisément conduire à un renvoi s’ils déplaisaient à la presse, ce que Brattin considérait comme normal : d’une dénonciation d’une « gauche académique » supposément passionnée de censure, découle presque organiquement un ensemble de mesures mettant tou.te.s les universitaires, de droite comme de gauche, sur la sellette et à la merci d’organisations partisanes à l’agenda bien rodé7. « Dans un exemple classique de propagande démagogique, la tactique consiste à attaquer les institutions permettant la raison publique et le débat libre, au nom de ces mêmes idéaux » ((Stanley, op.cit., p. 37.)). La boucle étant ainsi bouclée.

Retour en France : à quoi s’attendre ?

Si des organes comme Campus Reform ont tenté récemment de s’implanter en France, il est probable que le modèle de l’attaque au nom de la liberté d’expression n’y prenne pas exactement les mêmes atours qu’au pays de l’Oncle Sam, ne serait-ce que parce qu’argent et politique ne s’y mélangent pas avec autant de fluidité. Il est néanmoins assez clair que le cas d’Alice Coffin a fourni un exemple de l’avenir à attendre : tout comme Coffin, il est à anticiper que nombre d’enseignant·e·s jugées « déviant·e·s » par la droite continuent d’être jeté·e·s en pâture de la sorte8 avec la complicité d’une presse qui a compris l’intérêt économique d’entretenir les machines à scandale de la droite extrême (y compris des organisations bien connues des campus universitaires comme l’UNI ou le syndicat d’extrême-droite La Cocarde Étudiante), et d’une partie se voulant « républicaine » de la gauche qui pense peut-être que de hurler avec la meute lui évitera les purges à venir.

Une association précédemment consacrée à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, « Vigilance Universités » (VU), s’est récemment faite la porte-parole d’une telle « gauche républicaine », prenant le relais du « Printemps Républicain ». Principalement animé par des titulaires et portant un fort biais anti-sciences sociales, ce réseau s’est ainsi auto-décerné le rôle de défenseur de l’université contre de telles « déviances ». Ce réseau, tout en accusant à qui mieux-mieux de censure, en coordination avec plusieurs médias, se propose depuis peu de mettre en place des partenariats avec des « ministères-clé » pour y diffuser la théorie du complot désormais bien établie selon laquelle la petite portion de travaux analysant le racisme de façon critique serait un réel danger pour la liberté d’expression et procéderait d’une forme d’entrisme malsain dans les facs. Pour lutter contre la censure, il faut donc pour ces collectifs commencer avant tout par lutter contre les idées indésirables.

Dans le cas de Lyon 2, en 2019, un procès par voie de presse a déjà pu être fait à une université entière, sans droit de défense ou de réponse, parce qu’un activiste avait décidé de dénoncer ses enseignant·e·s. A plusieurs reprises désormais, VU a agi comme un véritable mouvement social de dominant·e·s contre les précaires de l’université, comme en témoigne un article récent publié dans L’Opinion dans lequel des représentant·e·s de VU présentaient comme « censure » le fait pour une page Facebook d’étudiant·e·s de ne pas avoir accepté de faire la promotion d’un événement organisé par des membres du collectif. Selon le modus operandi désormais classique en la matière, aucun contrefactuel n’a été organisé par le journal pour vérifier les informations ou, à défaut, donner la possibilité aux accusés de présenter leur version des faits.

Dans le même article, plusieurs membres de ce réseau présentent comme des « atteintes à la liberté d’expression » le fait de… s’exprimer d’une façon qui leur déplaît : « A Sciences Po, » décrit ainsi l’une des membres citées, « des enseignants n’ont pas pu résister à ce nouveau diktat qu’est cette forme d’écriture “vertueuse”, l’écriture dite inclusive. Nous sommes peu nombreux à l’université à nous manifester… Mais, peu à peu, on sent monter un ras-le-bol ». Plus loin dans l’article, l’on s’inquiète : « Comme aux États-Unis, les adeptes des gender studies et autres African-american studies se citent mutuellement dans les revues, organisent des colloques, acquérant ainsi une notabilité académique ».

S’il peut sembler contre-intuitif de voir l’organisation d’un colloque et la parution de revues comme des formes de « censure », il faut se rappeler le procédé par lequel, par une étrange ruse de la raison, le terme de « censure » est devenu, comme dans le cas états-unien, synonyme de « qui déplaît aux partisans de l’ordre établi ». Raison probablement pour laquelle le même article qui s’émeut de la censure et des listes d’indésirables publie sa propre « liste (non exhaustive) des établissements les plus touchés ». Celle-ci « diffère selon les sources mais une énumération revient sans cesse : Paris 3, Paris 7 en socio, Paris 8, Paris 13, Lyon 2, Lille 2, Rennes 2, Toulouse 2. Mais aussi Normale Sup, l’EHESS, le CNRS, la Fondation Maison des sciences de l’homme ou le Conservatoire national des arts et métiers », et des disciplines les plus « atteintes » par cette « censure », au sommet desquelles se situent évidemment les sciences sociales.

Il est en effet à remarquer que de tels réseaux prennent pour cible principale les sciences sociales, point d’entrée de la censure universitaire aussi bien aux États-Unis qu’en Hongrie, en Turquie, au Brésil, au Japon et en Russie, où des campagnes similaires ont été menées, ayant pour effet de faire taire ou de tenter de faire taire des institutions parfois perçues comme trop critiques, mais touchant par effet de ricochet l’ensemble de la communauté académique. De telles mobilisations doivent d’autant plus mettre la puce à l’oreille que des coups ont déjà été portés à la liberté de débat à l’université, sous prétexte de défense de celle-ci, par des interdictions de colloques, notamment sur la question de l’islamophobie, du racisme, du genre, mais aussi d’une façon générale sur toute approche critique des rapports sociaux.

De façon plus remarquable, au moment où un enseignant du secondaire a été horriblement assassiné par un jeune homme convaincu par une idéologie djihadiste violente, il est important de noter que l’un des premiers réflexes du ministre de l’Éducation Nationale a été de dénoncer la communauté universitaire et les contenus qu’elle enseigne aux étudiant·e·s comme autant de « complicités » avec les extrémistes. Un tel mouvement accompagne des actions plus claires de Jean-Michel Blanquer visant à tenter d’interdire l’usage de certains termes, certaines formes d’organisation, certains syndicats et partis (par coïncidence, d’opposition), certains journaux (par coïncidence, critiques du gouvernement). C’est en ce sens qu’allaient également les récentes propositions du ministre Jean-Michel Blanquer, puis du « Manifeste des 100 » en son soutien, trouvant leur succès dans un récent amendement visant, suite à ces polémiques, à réduire la liberté d’expression des enseignant·e·s comme des étudiant·e·s, au nom de la protection de la liberté d’expression.

Se faire censeur, mais pour la liberté. Pour les analystes des « guerres culturelles » aux États-Unis, ce genre de polémiques ont toujours été utilisées par la droite conservatrice de ce pays pour stabiliser son pouvoir en entretenant dans sa base électorale le sentiment faux d’être soumise à l’oppression d’une minorité culturelle de gauche plutôt qu’à une majorité économique capitaliste et autoritaire. Alors que l’élection présidentielle française de 2022 se profile à l’horizon, tout porte à croire que les campus universitaires vont continuer à être l’objet de campagnes de scandalisation par lesquelles des cas de « censure » douteux et triés sur le volet seront employés par une coalition mouvante de vrais extrémistes, de progressistes égarés, de médias en manque de clics et d’activistes au fait de ce qu’ils font, soudés par le sentiment d’être dans le camp du bien moral pour faire avancer, dans l’agitation générale, la censure qui vient.

Note du comité de rédaction: l’auteur de cet article est un docteur sans poste qui souhaite préserver son anonymat.

  1. Notons que le refus du manichéisme n’empêche pas l’autrice d’utiliser avec une telle légèreté le qualificatif de « fasciste », sans faire référence à la moindre définition du terme, pour décrire un comportement qu’elle n’aime pas. []
  2. Une tribune récente allait en ce sens : https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/041120/precarisation-libertes-academiques-stop-la-destruction-de-la-recherche-universitaire []
  3. Un terme issu du parler Africain Américain et désignant une orientation progressiste socialement. []
  4. Campus Reform est une filiale du Leadership Institute, un organisme disposant d’un budget d’un peu moins de 20 millions de dollars, notamment de fondations proches du Parti Républicain comme la fondation DeVos et la fondation Koch, et à ce titre Campus Reform dispose de nombreux employés permanents. []
  5. L’astroturfing est une pratique consistant pour un intérêt financier à se « payer » une mobilisation sociale, par exemple en salariant des activistes. []
  6. Stanley, How Fascism Works, p. 37. []
  7. Dans une affaire récente, un enseignement pro-Trump a ainsi été dénoncé sur Fox News pour n’avoir pas été assez favorable à Trump en cours, conduisant le parlement de son État à procéder à un audit sur les tendances « radicales » dans cette même université. []
  8. On peut penser à Eric Fassin, Fabrice Dhume, Abdellali Hajjat, Hanane Karimi ou encore Zahra Ali, qui ont tou·te·s fait l’objet d’un tel traitement. []

2 replies on “Université : censurer au nom de la liberté d’expression”

Répondre à Censurer au nom de la liberté d’expression | Academia Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.