Categories
Regards sur l'actualité

L’emprise de Valeurs Actuelles

Réflexion sur les mécanismes de l’hégémonie de l’extrême-droite, en se focalisant sur le rôle joué par l’hebdomadaire Valeurs Actuelles (VA) et sa forte intégration dans l’espace médiatique. Loin d’être une publication confidentielle recrutant des journalistes et chroniqueurs eux aussi confidentiels, la « surface médiatique » de VA révèle un phénomène méconnu de circulation des personnes et des idées. Ce phénomène favorise un certain entre-soi journalistique et l’universalisation du cadrage idéologique d’extrême-droite.

Citer cet article: Abdellali Hajjat, "L’emprise de Valeurs Actuelles", Carnet de recherche Racismes, 13/11/2020, https://racismes.hypotheses.org/222.

Invité du Grand Jury RTL-Le Monde en 1997, un futur ex-cadre du Front national (FN), Bruno Mégret, assure que, « dans la profondeur de notre pays, nos idées sont en train de devenir majoritaires ». Se félicitant de la « lepénisation des esprits », il affirme : « Nous sommes en train de gagner la bataille des idées, et, lorsqu’on gagne la bataille des idées, inexorablement, tôt ou tard, on gagne la bataille électorale et la bataille politique »1. 23 années plus tard, Jean Messiha, autre cadre du parti d’extrême-droite, déclare lors de son départ du Rassemblement national (RN) : « Nous faisions tous le même constat : nous avons largement gagné la bataille des idées, mais nous n’arrivons pas à susciter un grand élan populaire qui se traduit par des victoires très franches dans les urnes, à l’exception peut-être des européennes.2 »

Le caractère pompeux de ce genre de déclarations ne doit pas faire oublier que, selon les données sondagières de la Commission nationale consultative sur les droits de l’homme, l’« indice de tolérance » vis-à-vis des minorités ethniques tend au contraire à augmenter de génération en génération. Mais l’augmentation de la « tolérance » n’empêche pas l’avancée des idées d’extrême-droite dans l’espace public et, ceci allant probablement avec cela, la montée en puissance électorale de l’extrême-droite plurielle (RN, Dupont-Aignan, Philippe de Villiers, etc.). Force est de reconnaître que, de fait, l’extrême-droite peut se targuer d’être passée du stade « on est en train de gagner » des années 1990 au stade « on a gagné » la bataille des idées des années 2010.

Pour s’en convaincre, il suffit de comparer le programme du FN lors des élections de 1986, date de leur première entrée à l’Assemblée nationale, et la politique menée par la droite « décomplexée » et la droite « complexée » (Parti socialiste) depuis une trentaine d’années, en particulier en matière de politiques migratoire, de la nationalité et sécuritaire, même si se maintiennent, bien évidemment, de fortes divergences idéologiques entre ces partis politiques, notamment en matière de politique sociale et de politique européenne. On observe ainsi une grande convergence idéologique entre certains principaux partis politiques dominants et l’extrême-droite, devenue la deuxième force politique du pays. On se souvient qu’en 1984, le premier ministre socialiste Laurent Fabius estime que Jean-Marie Le Pen « pose de bonnes questions ». Dernier exemple en date : le discours d’Emmanuel Macron sur le « séparatisme » (2 octobre 2020) et le projet de loi en cours d’élaboration sont salués par Marine Le Pen puisque ceux-ci « vont dans le bon sens ».

Autrement dit, le cadrage idéologique d’extrême-droite est devenu hégémonique dans l’espace public sur certaines questions politiques. Comme le soulignent justement Aurélien Mondon et Aaron Winter dans leur excellent livre Reactionary Democracy, un tel succès électoral et idéologique de l’extrême-droite n’aurait pas été possible sans l’aide des élites médiatiques, politiques et universitaires. Un des mécanismes de l’universalisation des idées d’extrême-droite correspond à la présence accrue des membres du FN/RN et des idéologues d’extrême-droite dans les médias dominants. Jacques Le Bohec met en lumière l’implication, volontaire ou involontaire, des journalistes dans le « phénomène Le Pen ». Samuel Bouron et Safia Dahani analysent les stratégies de communication, respectivement des Jeunesses identitaires et des jeunes dirigeants du FN, en vue d’occuper l’espace médiatique et d’avancer leur agenda politique. Acrimed documente depuis des années la montée en puissance médiatique de l’extrême-droite. Dans un article récent, Pauline Perrenot montre qu’« au-delà du seul cas d’Éric Zemmour, on assiste ces dernières années à une banalisation et à un enracinement des discours d’extrême droite, islamophobes ou racistes dans les médias dominants », en particulier sur les plateaux des talk-shows des chaînes d’info.

Ce billet souhaite modestement contribuer à la réflexion sur les mécanismes de l’hégémonie de l’extrême-droite, en se focalisant sur le rôle joué par l’hebdomadaire Valeurs Actuelles (VA) et en mettant en lumière sa forte intégration dans l’espace médiatique. En s’appuyant sur l’analyse de données quantitatives (précisées ci-dessous), il s’agit de montrer que, loin d’être une publication confidentielle recrutant des journalistes et chroniqueurs eux aussi confidentiels, la « surface médiatique » de VA révèle un phénomène méconnu de circulation des personnes et des idées. Ce phénomène favorise un certain entre-soi journalistique et l’universalisation du cadrage idéologique d’extrême-droite.

Valeurs Actuelles, un héritier du fascisme français

L’histoire de VA est relativement connue. Fondé en 1966 par le journaliste et homme politique Raymond Bourgine, VA appartient au groupe Valmonde. Ce dernier développe une ligne politique nostalgique de l’Algérie française et du régime de Vichy, illustrée par l’accueil dans ses colonnes de l’écrivain antisémite et collaborationniste Lucien Rebatet jusqu’à sa mort en 1972. Après la mort de Bourgine en 1990, VA passe successivement sous le contrôle de plusieurs hommes d’affaires influents : Marc Ladreit de Lacharrière (holding Fimalac comprenant l’institut de sondage Sofres), Serge Dassault (Dassault Communication) et Pierre Fabre (Sud Communication). Le titre est cédé en avril 2015 à Privinvest Médias, du Groupe Privinvest, détenu par Iskandar Safa (homme d’affaires libanais dirigeant les chantiers navals Constructions mécaniques de Normandie), Étienne Mougeotte (ex-TF1, Figaro, Radia Classique) et Charles Villeneuve (ex-TF1). Le groupe Valmonde est dirigé par Bourgine (de 1966 à 1990), Guillaume Roquette (de 2006 à 2012), Yves de Kerdrel (de 2012 à 2018) et, depuis 2918, Étienne Mougeotte. Les ventes ont fortement augmenté après la reprise en main de Kerdrel en 2012, passant de 88 241 en 2012 à 123 153 en 2016, puis ont décru pour atteindre 99 561 en 2019. Entre 2012 et 2014, VA a obtenu 2 995 404€ d’aides à la presse.

VA a été condamné à deux reprises par la justice pour provocation à la discrimination, la haine ou la violence pour le dossier « Roms l’overdose » du 22 août 2013 (jugement du TGI de Paris du 5 mars 2015, confirmé en appel le 9 décembre 2015) et le dossier « Naturalisés : l’invasion qu’on cache » du 22 septembre 2013 (jugement du 3 février 2015, confirmé en appel mais annulé par la Cour de cassation le 7 juin 2017). À la suite de la publication en août 2020 de la fiction « Obono l’Africaine », le parquet du TGI de Paris a ouvert une enquête pour injures à caractère racial. Bien qu’ils n’aient pas fait l’objet d’attaques en justice, plusieurs autres dossiers ou articles ont, eux aussi, été accusés de racisme plus ou moins ouvert. C’et le cas des dossiers « Le milliardaire qui complote contre la France, révélations sur George Soros le financier mondial de l’islam et de l’islamisme » (9 mai 2018) et l’« Algérie française » (hors-série, octobre 2019). Dans ce dernier, l’historien Benjamin Stora est accusé d’avoir une « relation pour le moins distanciée avec l’identité française ».

Centralité d’un journal d’extrême-droite

L’histoire de VA montre que l’hebdomadaire est beaucoup plus intégré et légitime dans le champ du pouvoir que n’importe quel autre journal d’extrême-droite, notamment Minute, puisque VA est contrôlé par des hommes d’affaires dominants dans le champ économique et influents politiquement (Ladreit de Lacharrière, Dassault, Fabre, Safa) et des personnalités médiatiques dominantes (Roquette, de Kerdrel, Mougeotte, etc.). La respectabilité de VA s’est accrue lorsque des acteurs politiques de premier plan se sont mis à accorder des interviews à l’hebdomadaire. Celle du président de la République Emmanuel Macron (31 octobre 2019) est ainsi suivie par celles avec le président de la région Normandie et ex-ministre de la Défense Hervé Morin (14 avril 2020), le président du groupe Les Républicains au Sénat Bruno Retailleau (21 mai 2020), l’ex-ministre de l’Intérieur Manuel Valls (18 juin 2020), la ministre déléguée à la citoyenneté Marlène Schiappa (5 novembre 2020), etc. – le député France Insoumise Alexis Corbière l’ayant fait plus tôt (2 janvier 2019),

Un autre indicateur d’intégration et de légitimité dans l’espace médiatique est la circulation d’un média à un autre. En septembre 2020, le recrutement de Louis de Raguenel par Europe 1 a suscité des réactions outrées de la part de la rédaction de la radio. Pressenti au départ pour diriger le service politique d’Europe 1, il est finalement recruté sans occuper cette position tout en assistant cependant aux conférences de rédaction. Il demeure que ce transfert de VA à Europe 1 n’est que la partie émergée de l’iceberg. Une analyse des données disponibles sur les auteurs d’articles dans VA permet de révéler la partie immergée.

La surface médiatique de Valeurs Actuelles

La méthodologie employée pour produire ces données a d’abord consisté à identifier les auteur·e·s d’articles dans VA, qu’il s’agisse des journalistes du titre, des chroniqueurs, des signataires de tribunes, etc. Pour cela, j’ai eu recours à la base de données Europresse, qui contient l’ensemble des articles publiés dans VA depuis le 7 mars 2000, pour construire un corpus grâce à un script R (N = 98 227 articles) dont j’ai extrait quatre variables : titre de l’article, date, auteur et texte. Pour faciliter l’analyse, si un article est écrit par plusieurs auteurs, c’est le premier auteur qui est désigné (N = 1 628) : ont ensuite été sélectionnés les auteur·e·s ayant écrit plus de 200 articles (N = 59, tableau 1).

Tableau 1: Principaux auteur·e·s d’articles dans Valeurs Actuelles entre 2000 et 2020. En cas de faible visibilité, ouvrez ce lien dans un nouvel onglet.

Ensuite, il s’agissait de mesurer la « surface médiatique » des auteur·e·s grâce à deux indicateurs. Le premier porte sur les médias occupés pour les périodes immédiatement antérieure et postérieure aux publications dans VA, ce qui permet de rendre compte de la circulation d’un media à un autre (N = 33). Cet indicateur est basé sur les publications disponibles dans la base Europresse et aux informations biographiques disponibles sur Internet (tableau 2). Le second indicateur correspond au nombre de participations à des émissions de radio ou de télévision, que ce soit en tant qu’animateur·rice, chroniqueur·se ou comme invité·e, durant la période de publication dans VA, nombre que l’on peut obtenir grâce au dépôt légal de l’Inathèque (les homonymes ont été exclus, comme l’universitaire Olivier Duhamel ou le journaliste Philippe Delorme). On obtient alors la variable « nombre de participations médiatiques » (tableau 1), que l’on peut croiser avec deux variables : chaîne et émission (radio ou TV).

Tableau 2: Titres de publication avant et après les publications dans Valeurs Actuelles (2000-2020).

Ainsi, on se rend compte que le cas de Louis de Raguenel est loin d’être isolé. La majorité des journalistes et chroniqueurs·euses de VA sont d’abord passés par Le Figaro (10), Les Échos (3), L’Express (2), Le Point (2), etc. Il semble y avoir un lien organique entre Le Figaro et VA puisque le premier accueille des journalistes ayant auparavant travaillé pour le second (Guillaume Roquette et Véronique André). De même pour Le Spectacle du monde, autre titre d’extrême-droite créé en 1962 par Bourgine et appartenant au groupe Valmonde : Olivier Maulin en vient, Antoine Colonna et Valentin Goux y publient après VA. On observe aussi un pôle littéraire dans VA, Philippe Barthelet et François Kasbir provenant respectivement de la radio France Culture et du Magazine littéraire. Le journaliste le plus prolifique de VA, Laurent Dandrieu, est également passé par Le Spectacle du monde mais aussi par Réaction, petite revue d’inspiration maurrassienne publiée entre 1991 et 1994.

Quant à la surface médiatique des auteur·e·s de VA, le diagramme 1 suivant permet d’en rendre compte de manière synthétique. On constate d’abord une inégalité dans la division (sexuelle) du travail médiatique. Certain·e·s journalistes qui publient énormément dans VA sont absent·e·s ou très peu présent·e·s dans les médias audiovisuels (Virginie Jacoberger-Lavoué, Marie de Greef-Madelin, Valérie Collet, Mickael Fonton, Renée Dehel, etc. [tableau 1]) et n’apparaissent pas dans le diagramme. Y sont représentés celles et ceux qui étendent leur expertise journalistique vers les studios de télévision et de radio, en particulier les journalistes vedettes (Guillaume Roquette, François d’Orcival, Yves de Kerdrel, Geoffroy Lejeune, Charlotte d’Ornellas, etc.) et les chroniqueurs·ses (Eric Brunet de BFM TV, Catherine Nay d’Europe 1, la femme d’affaires Sophie de Menthon, l’avocat Gilles-William Goldnadel, les écrivains André Bercoff et Denis Tillinac, etc.).

Diagramme 1: Surface médiatique des auteur·e·s de Valeurs Actuelles entre 2000 et 2020. En cas de faible visibilité, ouvrez ce lien dans un nouvel onglet.

On observe ensuite une sur-représentation de certaines chaînes, qui semblent plus disposées à accueillir des journalistes et chroniqueurs·euses de VA. Il s’agit surtout de RMC (4080 participations), Europe 1 (3480), LCI (2086), I>TELE (568) devenue CNews (470) et, dans une moindre mesure, BFM TV (877), RTL (693), Arte (425), Radio Classique (345), France Info (337), France 5 (330), La chaîne parlementaire (325), France Inter (317), etc. Les émissions les plus ouvertes aux collaborateurs·rices de VA sont celles qui sont animées par des chroniqueurs·ses de ce même hebdomadaire (Carrément Brunet sur RMC, L’édito de Catherine Nay sur Europe 1, Les Grandes gueules sur RMC, etc.) et les émissions d’actualité politique (Le Débat sur LCI, 28 minutes sur Arte, On refait le monde sur RTL, C dans l’air sur France 5, etc. [tableau 3]).

Tableau 3: Principales émissions fréquentées par les auteur·e·s de Valeurs Actuelles entre 2000 et 2020.

Ces données quantitatives révèlent que les « ambassadeurs » de VA sont non seulement leurs journalistes vedettes, mais aussi leurs chroniqueurs·ses, qui ne sont pas « marqués » par l’hebdomadaire mais partagent et diffusent les mêmes idées. On peut alors distinguer trois pôles dans la division du travail journalistique : un pôle politique représenté par d’Orcival, Yves de Kerdrel, Geoffroy Lejeune, Brunet, Nay, Goldnadel, etc. ; un pôle économique porté par Roquette, de Menthon, etc. ; un pôle culturel composé de Barthelet, Kasbi, Bercoff, Tillinac, etc.

Ainsi, l’hégémonie d’extrême-droite dans l’espace public, en particulier l’espace médiatique, doit beaucoup aux phénomènes de circulation des journalistes et chroniqueurs d’un média à un autre. La surface médiatique des auteur·e·s de VA renvoie finalement à l’accumulation d’un capital médiatique qui finit par constituer les professionnels en question en personnes supposément incontournables pour traiter telle ou telle question d’actualité. Elles font ainsi partie d’un entre-soi médiatique où se côtoient des journalistes aux positions idéologiques opposées mais partageant l’intérêt de la mise en scène de leurs oppositions. C’est sûrement cet entre-soi qui favorise la banalisation et la légitimation des idées d’extrême-droite. C’est le tour de force qu’est parvenu à réaliser VA en quelques années : devenant ainsi un acteur central de l’espace médiatique français (et parisien), il diffuse à grande échelle sa vision réactionnaire du monde social.

  1. « Mégret est satisfait », Libération, 24 mars 1997. []
  2. Denis Tugdual, « Jean Messiha : “Pourquoi je quitte le Rassemblement national” », Valeurs Actuelles, 3 novembre 2020. []

By Abdellali Hajjat

Abdellali Hajjat est sociologue à l'Université libre de Bruxelles et membre du GERME (Groupe de recherche sur les Relations Ethniques, les Migrations et l’Égalité).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.